• Comment va la techno à Bordeaux ? Rencontre avec Alex Garcia

     

    Alex Garcia est un DJ bordelais connu pour ces sets techno aux touches délicieusement acid. Il s'est produit en France comme à Londres ou Bruxelles, et compte bien continuer à faire bouger notre Belle Endormie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bonjour ! Peux tu parler de ton parcours dans le monde de la musique ?

    Mon projet existe depuis six ans. J’ai commencé par la techno , puis je suis passé par plein de styles : j’ai fait du hip-hop, du beat, j’écoutais beaucoup de rock… Il y a six ans mon dernier groupe ne fonctionnait plus trop, donc on s’est séparé. J’avais gardé des machines, j’ai recommencé à faire de la techno. Mon ancien voisin m’entendait faire de la musique, et il se trouve qu’il organisait des soirées au BT59 avec AKM. Il m’a proposé d'y jouer. Il m’a beaucoup galvanisé. Petit à petit, je me suis mis à bosser plus sérieusement. Maintenant, je fais du live et des DJset, j’organise des soirées, je fais partie du collectif de free party Patrouille22, je suis dans l’agence de booking We Are Rave. Je fais partie de l’asso Alchymistik, et du label Sound Rising Record. Et sinon je travaille en parallèle en tant que technicien du spectacle, je monte des scènes, je suis au son, à la lumière, je fais des ateliers pour les enfants autour de la musique…

     

    Tu as joué en free party comme en club, qu’est-ce que tu préfères comme type de soirée ? Qu’est-ce qui est différent ?

    En free party, tu retrouves des clubbers et vice versa, maintenant les gens se mélangent. Après ce sont deux univers différents : en free tu vas avoir des horaires un peu spéciaux, tu vas jouer le matin par exemple, ou à midi… En club c’est plus cadré, on va dire. Mais j’aime bien les deux, je n’ai pas de préférence. C’est différent mais en même temps ça se ressemble : les gens viennent danser, kiffer, en teuf comme en club.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelles sont tes sources d’inspiration ?

    Actuellement, j’écoute pas mal Mr Gazmask, ou Jacidorex, et puis Vitalic, toujours. 

     

    Comment est-ce que tu travailles ? Avec quelles machines, quels logiciels ?

    Chez moi j’ai mon studio avec une dizaine de machines, vieilles et récentes, qui ont toutes un son bien particulier. Parfois je pars d’une grosse caisse avec une basse, parfois je vais juste partir de petits arpèges. Je n’ai pas d’ordinateur sur scène, je fais les choses à l’ancienne on va dire, ça m’amuse plus même si c’est plus contraignant : il faut les transporter, je mets une heure à monter mon live avant de jouer, j’ai vingt minutes de balance… Après pour mon album sorti en avril dernier sur Sound Rising Records, j’ai quand même utilisé un ordinateur. Mais c’est le rapport à l’écran qui me dérange, et j’ai l’impression d’avancer moins vite avec un ordinateur, même si ça me permet de faire des choses plus précises.

     

     

     

     

     

     

    Comment décrirais-tu le milieu de la musique électronique à Bordeaux ? C’est facile d’y percer ?

    C’est un milieu sympa ! Je pense que si tu bosses, ça finit par se savoir et par payer. Il faut aussi faire du relationnel, contacter les gens pour jouer dans les soirées, ça fait partie du jeu au départ.

     

     

     

     

     

     

    Quelles observations as-tu pu faire sur le milieu de l’électronique  ?

    J’ai pu constater une évolution dans les styles, avec des choses qui reviennent comme l’acid techno, ou qui disparaissent comme la dubstep. Des gros artistes arrivent, des jeunes de 23 ans ultra-doués.

     

    Quels sont tes projets ? Où pourra-t-on t’écouter ?

    Ma prochaine date c’est le 18 janvier, une soirée que j’organise aux Vivres de l’Art. Je vais faire mon live, et j’ai demandé à des artistes que j’aime de venir : il va y avoir des expos, de la musique, de la danse… Je joue aussi le 2 février au BT59 avec Dizkal, puis le 8 mars à Toulouse. We Are Rave permet de se produire un peu partout en France.

     

     

     

     

     

     

    Et pour conclure, ton endroit préféré pour sortir à Bordeaux ?

    Les Vivres de l’Art, j’adore ; c’est vraiment le petit Berlin, il y a toujours de belles expos et de la bonne musique. Et puis le BT59, le Redgate…

     

     

     

     

     

    _______________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

    « David Selor : "L'art cesse d'être urbain dès qu'il sort de la rue"JEU CONCOURS : gagne deux places pour la Nuit des Fignos le 2 février ! »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Janvier à 13:41
    Bordeaux Replay

    Super ITW d'un artiste prolifique qui a participé au premier BDX CLIP Festival ➽ http://bordeaux-replay.fr/bdx-clip-festival/ avec son clip Split ➽  http://bordeaux-replay.fr/alex-garcia-split/. 

    Un événement sur lequel vous aviez communiqué dans votre média et nous vous en remercions :-) 

    A notre tour de le faire  ;-) 

      • Samedi 12 Janvier à 12:37

        Ce fut un plaisir de parler du Bordeaux Clip Festival ;) Merci pour votre commentaire et à bientôt !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :