•  

    Il existe désormais depuis Bordeaux des vols low cost vers Venise. De quoi réjouir les amateurs de l'Italie et de ses somptuosité ! Mais comment se repérer parmi les multiples choses à voir dans la Sérénissime quand on y séjourne que quelques jours ? On vous a préparé un petit topo des incontournables.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    La Piazza di San Marco

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    La première chose à voir à Venise, c'est sans nul doute le Palais des Doges (Palazzio Ducale) de la Place Saint Marc. Somptueux de l'extérieur, il est encore plus impressionnant quand on y rentre. On vous conseille d'acheter des coupe file sur Internet : pour 23€ (au lieu de 20€ en tarif standard), vous évitez la longue queue de touriste et accédez directement à l'intérieur du palais.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

     

    La cour intérieure est un chef d'oeuvre à elle toute seule : les sculptures en marbre se surplombent, au-dessus d'un immense escalier tout aussi éclatant. Après avoir vos effets encombrants aux vestiaires (gratuits), vous monterez visiter les étages, où la pureté de la cour intérieur laisse place à une accumulation de luxe et de dorures. Plafonds gigantesques entièrement recouverts de peintures italiennes et de sculptures, fenêtre hautes de plusieurs mètres donnant sur les rues de Venise, tableaux de maîtres Italiens et autres merveilles vous y attendent.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vous pourrez également visiter les prisons et les souterrains dont Casanova réussit à s'échapper, et apercevoir entre deux barreaux le Pont des Soupirs, nommé ainsi en raison des soupirs qu'y poussaient les prisonniers qui empruntaient le pont pour se rendre dans leurs cellules. 

    Juste à côté du Palais des Doges se trouve la Basilique Saint Marc, tout autant impressionnante. C'est un faste sans nul autre pareil. Là encore, on vous conseille d'acheter des coupe-file (3€) sur Internet. Vous devrez encore payer une fois à l'intérieur de la basilique pour pouvoir voir son trésor le plus connu : le tombeau de Saint Marc, et sa Pala d'Oro, incrustée de 1097 joyaux. On n'aime pas trop la sobriété, à Venise, vous vous en apercevrez vite.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Après avoir exploré ces deux merveilles, vous pouvez encore si vous le souhaitez vous balader sur la Place Saint Marc : on y trouve notamment le Museo Correr, avec la première impression de la Bible par Gutenberg, ou la première mappemonde.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Vous pourrez également monter tout en haut du Campanile (99 mètres) : pour 8€50 par personne, un ascenseur vous téléporte au sommet de cette tour et vous aurez droit à un panorama grandiose sur la Sérénissime. Attention : c'est assez cher et il y a du monde. Mais ça vaut le détour.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    La collection de Peggy Guggenheim

    Comparé au Musée Guggenheim de Bilbao (dont on vous parlait ici), la collection de Peggy Guggenheim à Venise est davantage ciblé sur l'art moderne. Situé dans le palais où vécut Peggy Guggenheim, vous pourrez voir des toiles de Mondrian, Kandinsky, Miró, Picasso, et autres génies artistiques. Vous aurez aussi droit à une très belle vue sur les canaux, et pourrez vous promener dans le jardin aux sculptures.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    La Galleria Dell'Accademia

    Ce musée regorge de peintures italiennes à tomber par terre : Canova, Bosch et Titien font notamment partie des artistes exposés. Beaucoup de représentations religieuses (évidemment), mais certaines toiles se démarquent par les jeux de lumière, la finesse du dessin et l'interprétation de l'auteur. Ne ratez pas La Piéta de Canova, (presque) aussi grandiose que celle de Michel Ange.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Basilica Santa Maria della Salute

    Erigée face à la Place Saint Marc, cette basilique est un chef d'oeuvre d'architecture italienne, tout en courbes et en symétrie. N'hésitez pas à y entrer (c'est gratuit) et à vous reposer un moment dans la sacristie. Vous aurez peut-être l'occasion d'assister à un moment de prières, dans l'un des plus beaux lieux de cultes du monde. 

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Basilica dei Frari

    Une autre basilique, moins impressionnante depuis l'extérieur que la Basilica Santa Maria della Salute ou que la Basilique Saint Marc, certes, mais regorgeant d'oeuvres d'art. On peut notamment y voir une reproduction du tombeau de Canova, grande pyramide de marbre blanc réalisée par ses élèves, un plafond peint réalisé par Titien dans sa période "j'imite Michel Ange", et des tableaux de maître. 

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Palazzio Monecigo

    Dans ce musée, vous pourrez en apprendre beaucoup sur l'histoire du costume et du parfum à Venise, qui a longtemps été l'une des villes les plus raffinées dans ces deux domaines. La partie consacrée au parfum est la plus originale : oubliez quelques instants les tableaux et autres arts visuels, pour vous concentrer sur un art olfactif bien plus méconnu. Dans une salle une fois encore magnifique (le musée se trouve dans un palais, pour ne rien changer), vous pourrez ouvrir des bocaux en verre pour sentir leurs contenus : myrrhe, encens, musc, extrait de jasmin, de rose... Fermer les yeux et faites découvrir à vos sens des parfums inconnus. Vous admirerez aussi de somptueux flacons, relevant autant de l'art que de l'artisanat.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "palazzo mocenigo venise"

     

     

     

    Museo di Storia Naturale

    Ce musée d'histoire naturelle n'est cette fois pas installé dans un palais. Il possède deux squelettes de dinosaure, de nombreux fossiles et autres ammonites, ainsi que des outils, vêtements et objets décoratifs datant de la Venise du Paléolithique. Vous pourrez en apprendre beaucoup sur l'histoire de l'Italie. A la fin, dans la section consacrée aux mondes sous-marins, vous aurez l'occasion d'entendre des sons de baleine enregistrés aux quatre coins du globe. Un moment unique.

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Et ensuite ?

    Venise est un monument à elle toute seule : se balader dans ses ruelles tortueuses et près de sa lagune suffit amplement à satisfaire le besoin de beauté. Perdez-vous en dehors du quartier Saint Marc et de ses hordes de touristes ; laissez-vous happer par l'atmosphère magique de cette ville semblable à nulle autre. Parcourez ses pavés emplis de légendes, ses églises pleines de spiritualité. Offrez-vous un masque vénitien fait main par l'un des rares artisans à détenir encore cette connaissance ; faites une halte dans la Cantina Do Mori, où Casanova avait - paraît-il - ses habitudes pour y déguster des antipasti et un verre de vin. Si vous le souhaitez, réservez une place un soir pour un club de jazz, un opéra ou un spectacle de musique classique. Venise est douce, romantique, éternelle ; ne perdez pas de temps à être trop pressé.

     

     

     

     Venise en quatre jours

     

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Si vous voulez, vous pouvez prendre le bateau pour aller visiter les îles de Murano et de Burano. Mais le plus important à Venise, après les monuments, c'est la nourriture : pasta, risotto à l'encre de seiche, pizzas, gelatti, pâtisserie, charcuterie, fromages, poissons, antipasti fruits de mer... Les spécialités ne s'y comptent plus, et quatre jours ce n'est pas beaucoup de temps pour tout tester, alors il faut commencer à manger dès qu'on est arrivé ! 

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Dernier point à aborder quand on parle de Venise : l'argent. On ne va pas se mentir, Venise est une ville qui coûte cher. Plusieurs choses à savoir : déjà, quand on s'assoit à un restaurant, on paye le couvert (en général 1,50€). Ensuite, on paye le service : entre 10 et 12% du montant total de la note. Si on veut de l'eau, c'est 3,50€ la bouteille (et vous pouvez demander de l'eau du robinet, qui est très bonne, mais ce n'est pas sûre qu'on vous la serve).

    Les prix indiqués sur la carte ne sont pas toujours ceux qui apparaîtront sur l'addition : par exemple, s'il est écrit dans le menu que 100 grammes de poissons coûtent 8€, vous payerez sûrement votre plat 25 ou 30€ (parce qu'un poisson entier, ça pèse plus de 100 grammes). La nourriture en elle-même ne coûte pas forcément plus cher qu'en France, mais ce sont les prix additionnels (eau, couverts, service, accompagnements, boissons) qui font mal.

    Pour prendre le vaporetto (sorte de bateau bus fort pratique pour se déplacer), c'est 7,50€. Un tour en gondole, c'est 80€ (mais ce n'est franchement pas indispensable pour pouvoir admirer Venise). Tous les musées sont payants, et même avec un tarif réduit, ça reste cher. 

     

     

     

    Venise en quatre jours

     

     

     

    Alors comment s'en sortir pour visiter Venise sans y laisser un bras ? Déjà, il existe une multitude de cantina qui servent des antipasti (sortes de petits sandwichs avec de la morue, des crevettes, du thon, du fromage, de la charcuterie...) pas chers et très bons (compter entre 1,50 et 3€ le sandwich) qu'on peut prendre à emporter et déguster près de la lagune (du coup, on ne paye pas le couvert puisqu'on ne s'assoit pas dans le restaurant).

    Ensuite, on vous recommande d'amener votre bouteille d'eau au restaurant : ça fait un peu pingre, mais c'est vraiment un coût superflu d'économisé. Près de l'université, vous pourrez trouver des petits restaus à des prix raisonnables.

    Egalement, pensez à réserver des coupe-file, billets et autres activités en ligne : vous pourrez trouver des réductions intéressantes. Déplacez-vous à pied le plus possible : Venise est une petite ville, et avec une bonne carte (ou une bonne connexion Internet), il n'est pas si difficile de s'y repérer. Et si vous voulez vous ramener des souvenirs (Venise est connue pour le verre de Murano, sa maroquinerie, ses masques vénitiens et son épicerie fine), sortez du quartier Saint Marc où on ne trouve que boutiques de luxe et attrape-touristes, et entrez dans les magasins qui ne proposent pas les mêmes produits que toutes les autres boutiques de la rue.

    Voilà, on espère vous avoir donner envie de visiter cette somptueuse ville, et vous avoir aidé à organiser un potentiel voyage ! Si vous avez des questions, n'hésitez pas, laissez-nous un commentaire et on y répondra. Maintenant on va se reposer, on a pas encore digéré toutes nos pasta ;)

     

     

     

    Venise en quatre jours 

     

     

    _______________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •   

    Nous achevons nos idées voyages de l’été avec Montréal. Des vols directs sont maintenant proposés depuis Bordeaux.

     

    Ville immense (elle fait plus de cinq fois Paris !) située au Québec, province francophone du Canada, Montréal semble de prime abord beaucoup ressembler à la France : même langue (ou presque), un développement économique important, une culture occidentale… Mais c’est parfois dans les lieux qui cumulent les similitudes avec notre pays qu’on perçoit le mieux leurs différences.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    Tout d’abord, le québécois, ce n’est pas le français. Il y a d’abord l’accent, qu’on remarque immédiatement (si bien qu’il est parfois plus facile pour un français et un québécois de se comprendre en communiquant en anglais). Et puis ces expressions qu’on n’entend pas en France (« Y a pas d’trouble » pour « y a pas de problème »), ces mots qui deviennent féminins (« une job » au lieu d’« un job »)… En bref, le québécois est une langue à part entière.

     

    L’une des choses que l’on remarque immédiatement lorsqu’on arrive à Montréal, c’est l’immensité de la ville. Par rapport à la France, tout est gigantesque : le fleuve Saint Laurent, les immeubles, les routes, les rues… Si Bordeaux se targue de posséder, avec la Rue Sainte Catherine, la rue commerçante la plus longue d’Europe (1 250 mètres), à côté de la Saint Catherine Street de Montréal, on fait pâle figure ! La rue, qui est aussi une longue avenue commerciale, fait plus de 11 kilomètres de long, et compte 1 200 magasins. Montréal ne fait pas dans la demi-mesure, on s’en aperçoit vite.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Alors que faire à Montréal, hormis les magasins (on vous rappelle que le taux de change euro – dollars canadien joue en notre faveur…) ? Si vous êtes amateur de culture, vous pouvez aller visiter les différents musées présents dans la ville. Ils sont nombreux : on vous recommande le Musée des Beaux-Arts, immense bâtisse en centre-ville, qui regroupe des œuvres impressionnantes. Les expositions permanentes regorgent de merveilles : on vous conseille de commencer au dernier étage puis de redescendre, en suivant ainsi la chronologie des œuvres exposées.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    Vous aurez ainsi l’occasion de découvrir l’art inuit et des œuvres réalisées par des Indiens d’Amérique, qu’on a rarement l’occasion de voir en France. Vous pourrez également en apprendre beaucoup sur le développement de l’art visuel en Amérique du Nord. La visite s’achève sur l’art moderne et contemporain, avec des installations qui occupent parfois une pièce entière. N’hésitez pas à faire une pause à la brasserie du musée, qui propose de quoi boire et se restaurer à des tarifs intéressants.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

      

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Musée d’Art Contemporain, situé Rue Sainte Catherine, dans le Quartiers des Spectacles, se visite plus rapidement. Les œuvres jouent avec le visuel, l’auditif et le tactile pour proposer un spectacle conceptuel, parfois un peu déroutant. Si vous êtes intéressé par l’histoire de Montréal, vous pouvez faire votre choix parmi 15 musées qui racontent le passé de la ville.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    Si vous vous rendez à Montréal l’été, vous pourrez profiter des nombreuses activités culturelles proposées par la ville : le festival des Francofolies (en juin) organise de nombreux concerts gratuits, le festival de street-art permet de se balader tout en admirant les graffitis impressionnants éparpillés dans le centre-ville…

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    La ville de Montréal se caractérise aussi par l’attention qu’elle porte à l’écologie et à l’environnement. Les invitations au recyclage sont présentes dans le métro, les hôtels, les arrêts de bus… Le fleuve Saint-Laurent et ses quais sont protégés, et vous pouvez vous y balader en profitant d’une vue dégagée et d’un espace aéré. Vous pouvez même vous baignez dans le fleuve : un bassin (dont l’eau est tout de même filtrée) a été aménagé dans le Parc Jean Drapeau, à côté de la Biosphère (si vous n’êtes pas fan, il y a une piscine plein air sur la même île). La Biosphère, œuvre d’art architecturale et symbole de la ville, héberge le Musée de l’Environnement, qui propose des expositions pour mieux comprendre les grandes questions écologiques de notre temps.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    Si vous aimez ce type de visite, vous serez aussi séduit par le Biodôme, situé dans l’ancien vélodrome de la ville. Le Biodôme est un musée vivant, qui propose d’explorer les quatre écosystèmes présents sur le continent américain : la forêt tropicale humide, la forêt mixte québécoise, le Golfe du Saint Laurent, le Pôle Nord et le Pôle Sud. Vous pourrez y voir plus de 229 espèces d’animaux vivants qui évoluent en semi-liberté dans leurs espaces de vie naturels, à condition que vous programmiez votre visite à Montréal après l’été 2019 : le Biodôme est fermé pour le moment.

     

    A faire également : visiter le Parc Mont-Royal, qui offre un panorama exceptionnel sur la ville et le fleuve. Il faut monter un peu (vous pouvez prendre un bus si vous n’aimez pas marcher), mais le point de vue vaut le coup. Vous pourrez aussi voir des écureuils, des castors, et peut-être même des ratons laveurs et des chiens de prairies ! Des concerts de percussions sont régulièrement organisés l’été dans le parc.

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Enfin, pour les fêtards, Montréal regorge de bars, boîtes de nuits, salles de concerts et clubs, dans les styles les plus variés qu’on puisse imaginer. Pour résumer, Montréal est une ville ultra-cosmopolite, vivante, ouverte, riche et écologique, où il fait bon vivre. L’énergie et la sympathie de ses habitants est bien réelle, et on s’y sent très vite chez soi (il n’y a qu’à voir le nombre d’expatriés internationaux qui y ont élu résidence !).

     

    A noter : on n’y fume pas en terrasse (c’est interdit par la loi, et très mal perçu par les québécois), on fait la queue pour rentrer dans le métro et dans le bus, et on ne traverse pas les passages piétons quand c’est au tour des voitures de passer (là encore, c’est très mal vu, et qui plus est vu la largeur des routes montréalaises, c’est bien plus dangereux qu’en France…).

     

     

     

    Montréal : une ville cosmopolite, écologique et dépaysante

     

     

     

    Voilà, on vous a tout dit. On espère vous avoir donner envie de visiter cette ville ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à nous envoyer un message !

     

     

     

    _______________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Septembre arrive à grands pas, mais pour certains, il est encore temps de profiter de l’été indien… Si vous hésitez entre mer et montagne, Laredo, petite commune de Cantabrie à 4 heures en voiture de Bordeaux, saura vous combler.

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Situé entre Bilbao et Santander, sur la façade atlantique de l’Espagne, Laredo est un bourg de 13 000 habitants avec une grande plage longue de plusieurs kilomètres. La vieille ville possède un charme un peu suranné très appréciable, avec son église, ses façades colorées et son linge étendu aux fenêtres. La partie moderne de Laredo est moins typique, et on vous conseille de passer rapidement devant les nombreux immeubles gris qui bordent le littoral. De nombreuses activités sont à votre disposition, à des tarifs très intéressants par rapport aux prix français : équitation, paddle, canoë, escalade… A vous de faire votre choix !

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Si vous aimez randonner, vous avez trouvé l’endroit parfait : vous pouvez opter pour de longues promenades le long de l’océan, grimper sur les sommets qui offrent des points de vue à couper le souffle sur l’eau turquoise, ou rentrez dans les terres pour observer les rapaces et les grottes datant du Paléolithique.

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    A ceux qui préfèrent le farniente, qu’à cela ne tienne : longues plages de sable fin ou petites criques isolées, là encore, de nombreuses possibilités s’offrent à vous. Amateurs de petites plages secrètes, munissez-vous d’un masque et d’un tuba, vous pourrez admirer la faune sous-marine qui prospère en ces lieux.

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    On vous conseille de visiter Castro Urdiales, à une demi-heure en voiture de Laredo. Son ancien fort et son église dressés face à l’océan sont à couper le souffle, et la ville est tout à fait charmante. Vous pourrez finir la journée sur une des plages de la ville.

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    Egalement, n’hésitez pas à vous arrêter au Musée Guggenheim à Bilbao, chef d’œuvre d’architecture moderne et temple de l’art contemporain. Une exposition consacrée au peintre Chagall s’y tient en ce moment.

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

    En quelques heures de voiture, Laredo vous offre un dépaysement confortable, avec ses tapas, son accent basque et son rythme espagnol. N’espérez pas trouver un magasin ouvert entre 14 et 17 heures : il fait trop chaud, et de toutes façons, les locaux font la sieste. La ville s’anime dans la soirée, lorsque la température redescend et que les habitants se retrouvent en terrasse. On vous garantit des vacances détendus et un retour apaisé !

     

     

     

    Laredo, entre mer et montagne

     

     

     

     

     _______________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique