• Kristen Stewart et Olivier Assayas : l'histoire d'une mise en abyme

     

    A l'occasion de la sortie en salles de Personal Shopper, je publie cet article rédigé durant le FIFIB 2016. Bonne lecture et joyeux Noël !

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    Dans son nouveau film Personal Shopper, écrit et réalisé par Olivier Assayas, Kristen Stewart confirme une fois de plus que son rôle de vampire conservatrice dans les très mainstream Twilight n'était qu'un détour dans une longue filmographie comportant bien plus de références art et essai. Personal Shopper – en salles en ce moment – est un film mêlant dramatique, horrifique et fantastique. Kristen Stewart incarne le personnage principal, Maureen, jeune américaine à Paris dont le travail consiste en la gestion du vestiaire d'une célébrité. Elle attend, entre crainte et impatience, que se manifeste l'esprit de son frère jumeau disparu, et s'isole du monde réel en développant cette relation spirituelle.

     

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    Il est intéressant de remarquer qu'encore une fois, Kristen Stewart se met dans ce film au service d'une star. On se souvient du film Sils Maria, également réalisé par Olivier Assayas, drame sorti dans les salles en 2014 dans lequel elle joue le rôle de Valentine, assistante de la comédienne star Maria Enders (Juliette Binoche) qui devait faire face à la déliquescence de sa carrière. Kristen Stewart était percutante de justesse dans ce rôle tout en discrétion et en naturel, à la fois secondaire et central. Et il était tout aussi intéressant de voir deux célébrités jouer un film sur la célébrité, innovant dans la mise en abyme. La star a un rapport ambigü avec sa notoriété : enfant-actrice, projetée sous le feu des projecteurs très jeune, ayant vu sa vie privée étalée maintes fois sur les tabloïds, elle a maintes fois sembler mal à l'aise dans cet univers de paillettes et d'interviews.

     

    A propos de Sils Maria, Kristen Steward déclarait dans une interview pour Télérama en 2014 : « Ça me permet de dire "fuck". De montrer que je ne suis pas dupe du jeu de la célébrité. Sans avoir à le faire de manière trop candide, ou trop frontale, à la télévision ou dans les colonnes d'un magazine » Et elle poursuivait : « Tout ce cirque autour de moi, c'est complètement bidonJe prends plaisir à le démonter, à montrer qu'au fond il ne me touche même pasJe trouve l'expérience jubilatoire. Olivier Assayas nous a offert, à Juliette Binoche et à moi-même, une belle méditation sur les femmes embarquées dans le métier d'actrice. Ce qu'il leur coûte. Ce qu'il leur rapporte. Et ce qu'elles peuvent vraiment garder pour elles ». En lui faisant encore une fois jouer le rôle d'une assistante de star, Olivier Assayas poursuit l'expérience.

     

     

    Afficher l'image d'origine

    « Giedré n'a pas besoin de pisser deboutLa Femme : détonantes contradictions »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :