•  

    Que les choses soient claires : La Fine Equipe est un groupe. Les différentes casquettes portées par ses quatre membres sont si nombreuses que l’on pourrait s’y méprendre. Car autour de oOgo, Blanka, Chomsky et Mr. Gib, il y a des studios, des labels, des collaborations, des lives, des side-projects… Il y a surtout, depuis plus de dix ans, tout un univers façonné par la passion du beatmaking. Rencontre avec quatre acteurs majeurs de la scène électronique et hip-hop actuelle.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "la fine équipe"

     

     

     

    Bonjour ! Pouvez-vous présenter votre groupe ?

    Bonjour. Nous sommes La Fine Equipe, un groupe de 4 DJs, beatmakers, compositeurs et ingénieurs du son. On vient initialement du DJing, un peu comme C2C ou Birdy Nam Nam : on a commencé avec des platines, sur un modèle de départ de formation live. Avec le temps on a commencé à produire des rappeurs, des vidéos de skate, et on a démarré en tant que DJ et à la prod’, à Paris. On s’est lancé dans la production en 2008 avec l’album La Boulangerie, qui réunit beaucoup d’artistes qu’on aimait bien à l’époque. On voulait vraiment inviter tous les gens qui font cette musique instrumentale issue du hip-hop, sans forcément que ce soit pour des rappeurs ou des chanteurs.

     

    Quel est le concept de votre projet musical ?

    L’idée, c’est d’aller puiser dans toutes les musiques en restant toujours autour du samping, de s’inspirer de la culture hip-hop pour aller vers d’autres genres et construire des musiques autour. Pour résumer, on est quatre personnes qui venons du hip-hop et aimons la musique électronique au sens large. On est tous collectionneurs de disque, la recherche de musique est au centre de notre projet. Après La Boulangerie, on a fondé le label Nowadays Records, qui a permis d’aller encore plus loin pour promouvoir les artistes et les musiques qu’on aime et élargir le spectre.

     

     

     

     

     

     

    Vous avez sorti votre album 5th Season en avril, pourquoi ce titre ? Quelle est l’histoire de l'album ?

    5th Season est issu d’une réflexion, d’un mood. Ça parle de nos préoccupations du moment : l’écologie, la peur, la façon qu’on a de vivre, l’évolution de la société, la technologie. Cet album évoque un peu la tentation de fin du monde, et le post-apocalyptique. Ce n’est pas forcément négatif : c’est surtout nouveau. Il va falloir apprendre à se reconstruire, c’est plein d’espoir. Il y a aussi l’idée de spiritualité, du sur-réalisme, du rêve, de la science-fiction.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "la fine équipe"

     

     

     

    L’intro, « Aurora », c’est le début de cette cinquième saison ; c’est un morceau de quinze minutes, la chanteuse a posé ses mots sur la mélodie sans qu’on se soit concerté sur le concept, et ça a fonctionné. « 5th season », c’est aussi un titre avec Fakear, un des morceaux qui a fait démarrer le projet. Le dernier morceau de l’album s’appelle « Ouroboros », c’est à propos de la notion de cycle, de boucle. C’est un peu dark, ce morceau sort du lot. Et puis on a sorti le 10 décembre notre nouveau morceau, qui s’intitule justement « Cycles ». Avec comme invité Orifice Vulgatron (également rappeur du groupe Foreign Beggars), c’est un morceau entre house, électro et hip hop avec son lot de bonnes ondes pour apporter une note d’espoir face a des constats inquiets. De prochains EP sortiront plu tard au printemps, qui évoqueront le second degrés, l’imaginaire.

     

     

     

     

     

     

    Vous avez été invité à une Boiler Room, événement mythique de la scène électronique actuelle. Comment ça s'est passé ?

    C’était très excitant. A l’époque les Boiler Rooms se faisaient à l’initiative de Nowadays Records, avec l’idée de proposer une nouvelle scène de musique électronique française. C’était super cool, on était à Londres, après c’est toujours un peu stressant car c’est pas mal regardé, notamment à l’international ; mais c’était une opportunité incroyable. On avait décidé de faire un live, alors que d’habitude on a plutôt des DJsets lors des Boiler Room, c’était une expérience incroyable et très gratifiante pour le label.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "la fine équipe boiler room"

     

     

     

    Les collaborations sont au coeur de votre projet musical. Ce n'est pas compliqué de travailler avec autant d'artistes différents ?

    C’est un travail assez progressif de long terme. On rencontre des artistes de manière générale, via le label, le studio d’enregistrement ou les concerts. De temps en temps, on se dit : « ça ce sera parfait pour tel artiste », et on fait en sorte que ça le fasse ! Souvent ça fonctionne. Comme tu dis c’est le coeur de ce qu’on fait, collaborer, inviter des gens. On va toujours vers là naturellement, quand on fait un morceau. En soit, La Fine Equipe constitue déjà une collaboration, puisqu’on est quatre artistes différents. Ça apporte toujours une énergie.

     

    Comment travaillez-vous tous les quatre ensemble ?

    On est polyvalents en studio, chacun amène ses propres prods. On fait tous du son de notre côté, donc parfois un des gars amène un son, on travaille dessus et chacun rajoute sa petite touche. Ça peut être une prod’ individuelle qui devienne collective, comme des moments de répétitions en studio durant lesquels on improvise, et à la fin on a un morceau qu’on travaille, puis certains finalisent le projet. Ce sont des échanges musicaux, on se remixe les uns les autres.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "la fine équipe"

     

     

     

    Quelles sont vos sources d'inspiration ?

    C2C, Birdy Nam Nam nous ont inspiré sur nos origines et sur leur manière de proposer musique, car ce sont aussi des DJs qui jouent en groupe. Musicalement, on a été très inspirés par des producteurs de rap américains, comme J Dilla. De manière générale toute la scène hip hop alternative, avec le label Ninja Tunes, Warp, le label Stones Throw Records aux US… De manière générale toute cette culture d’aller fouiner dans les musiques sorties chez les disquaires, d’écouter des vinyles nous a influencée. Le rythme est central dans notre musique, et on est friand aussi de jazz, hip hop, rock psyché, musiques africaines, traditionnelles… On puise vraiment dans tout/. On est aussi indirectement influencé par la scène house et french touch, avec le label Ed Banger, les Daft Punk : on a grandi avec ça, et ça s’entend. On est vraiment issu d’une connexion entre des sons groove hip hop, et une scène électronique qu’on a digérée.

     

    Comment avez-vous abordé votre prestation au Hangar FL le 23 novembre ?

    Le concert s’est super bien passé ! C’était vraiment en mode club, un gros club à la berlinoise assez ouf. On a été super bien accueilli, au début on appréhendait car on venait en mode live et pas en mode DJ, et on a été agréablement surpris. A chaque fois à Bordeaux le public est super cool et vivant, il y a une super ambiance. On aime jouer tard comme ça, en formule club. Il y a eu un très bon feeling.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "la fine équipe hangar eiffel"

     

     

     

     

     

    ____________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Connue pour son tube "Non non non", Camélia Jordana a fait un long chemin depuis sa sortie de l'émission de télécrochet La Nouvelle Star. La chanteuse nous embarque de surprise en surprise depuis qu'elle a posé sa douce voix sur le titre "Danse" de Lomepal dans l'album FLIP. Elle nous embarque avec son groupe "Lost", qui est aussi le titre de son dernier album.

     

     

     

    Camélia Jordana : une nouvelle star ?

     

     

     

    Au Rocher de Palmer ce jeudi 28 novembre, nous sommes allés l'écouter dans une petite salle, où l'ambiance était intimiste et authentique. On sentait que le public suivait la chanteuse depuis longtemps et connaissait ses chansons.

     

     

     

    Camélia Jordana : une nouvelle star ?

     

     

     

     

    Camélia Jordana : une nouvelle star ?

     

     

     

    Camélia l'a dit elle-même durant le concert, elle se trouve en ce moment à la croisée des chemins de sa carrière d'artiste. Son style est en pleine évolution, pour notre plus grand plaisir : elle a mêlé chansons en anglais, français, arabe, mélangeant les sons et les rythmes. Elle a ainsi rendu hommage à ses origines arabes et à des sujets qui lui sont chers. Elle a évoqué l'histoire de Freddie Gray, afro-américain abattu par la police en 2015 à Baltimore. Elle a également chanté "Empire", qui évoque la guerre d'Algérie. Son concert s'est terminé avec "Mon drapeau", où elle chante les couleurs de la France en arabe, nous quittant sur un appel à l'ouverture et à la tolérance.

     

     

     

    Camélia Jordana : une nouvelle star ?

     

     

     

    Malgré les problèmes techniques de son qui ont eu lieu pendant le concert, Camélia Jordana a gardé sa bonne humeur, et a même interprété a capella sa version de "Saint James infirmary", ainsi qu'un cover de "Self control" de Franck Ocean. Elle a donc multiplié les registres durant le concert, en passant de mouvements de danse orientale à une version beaucoup plus soul de son célèbre "Non non non". En bref, Camélia nous a fait passer un très bon moment, et sa récompense aux Victoires de la musique 2019 dans la catégorie musiques du monde ne fait que confirmer son talent. On lui souhaite bonne continuation !

     

     

     

    Camélia Jordana : une nouvelle star ?

     

     

     

     

    ____________

    Cet article a été rédigé par Ségolène

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Deux ans après le concert de Deluxe à La Médoquine et l'interview de Pépé, le saxophoniste du groupe, nous posons cette fois nos questions à Lili, la chanteuse. Nouvel album, nouvelle tournée, nouveau concert à Bordeaux... Il était temps de faire le point !

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "deluxe"

     

     

     

    Bonjour ! Depuis notre première interview il y a deux ans, qu’est-ce qui a changé pour vous ?

    Tellement de choses ! Il y a deux ans, on s'était arrêté de tourner pour se consacrer à notre troisième album, Boys and Girls. C’était la première fois qu'on arrêtait de rencontrer le public pour être en studio tous les jours. Aujourd’hui, on est super contents de l’album, avec des collaborations incroyables. C'est 20syl, d’Hocus Pocus, qui a arrangé la plupart des morceaux. On a remis la tournée depuis cet été, et on adore retrouver la scène ! On est très heureux de ce nouveau live, avec plein de nouveaux costumes, c'est vraiment un nouveau show, et pour l'instant on est complet partout, donc on est ravi.

     

    Votre nouvel album s’appelle « Boys and Girls ». Vous êtes justement la seule fille du groupe, est-ce que ça joue sur votre manière de travailler, sur l’ambiance dans le groupe ?

    On est des personnalités avant d'être des genres, ça ne change pas grand chose. Deluxe avait déjà 5 ans d’existence avant que j’arrive, et puis il s’est passé un truc incroyable, un coup magique du destin, on s’est rencontré par pur hasard et au bout de 6 mois, ils m’ont proposé de faire un concert avec eux. J’ai arrêté les Beaux Arts du jour au lendemain ! Et on s’éclate, c’était hasardeux et évident en même temps. J’ai fait ce choix de manière très instinctive, les membres du groupe avaient déjà une énergie folle.

     

     

     

     

     

     

    Qu’est-ce qui est nouveau dans « Boys and Girls » par rapport à votre précédent album « Stachelight » ? Quel est le message de l’album ?

    On s'est plus concentré, donc l’album est plus abouti que les autres car on a bossé plus de temps dessus, il a été arrangé, il y a des feats incroyables. Je dirais que c'est notre album le plus mature : c'est nous, mais en mieux ! (rires) On a progressé, en travaillant, en faisant de la musique ensemble. Cet album parle de nous, de nos histoires, de ces trois dernières années qu'on a vécues à fond.

     

    Vous avez une voix très particulière, qu’on oublie difficilement. Y a-t-il des chanteuses qui vous ont inspiré en particulier ?

    Consciemment et inconsciemment, j'imite ce que j’ai le plus écouté. J’ai beaucoup écouté CocoRosie en grandissant, j’ai toujours voulu imiter ce genre de sonorité. Il a fallu que je trouve ma place, je me suis éraillée la voix, ça va nettement mieux depuis que j'ai été opérée des polypes. J’avais des lacunes en technique vocale, et ma voix a beaucoup changé depuis que j'ai appris à chanter. Maintenant je peux enchaîner quatre concerts de deux heures sans problème, alors qu'avant c'était délicat.

     

     

     

     

     

     

    On peut entendre du français sur le dernier album, notamment dans le feat avec Oxmo Puccino. C’est assez original par rapport à vos précédents titres, d'où est venue cette envie ?

    On est fan depuis toujours d’Oxomo Puccino. On a pu le rencontrer plusieurs fois, ça a été quelque chose d’avancer avec lui. On est ravi qu’il se soit exprimé en français parce que notre public en France est incroyable. J'avoue qu'on aurait aimé glisser dans l’album un morceau dans notre langue maternelle, mais on a pas trouvé les arrangements qui auraient rendu l'ensemble cohérent ; mais c'est en projet !

     

    Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ?

    On adore être en tournée, la scène. On est une immense famille, et être sur les routes dans notre tour bus, c'est génial. Ce sont des moments de complicité incroyables.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "deluxe boys and girls"

     

     

     

    Vous êtes la seule du groupe à ne pas porter de moustache ! Vous ne vous sentez pas trop mise à l’écart ?

    C’est faux ! J’ai la jupe moustache, la boucle d'oreille moustache, vous verrez sur scène ! Et j’ai aussi un duvet que je ne laisserai personne épiler (rires).

     

    On vous a vu le 15 novembre à la salle du Grand Parc à Bordeaux. Comment s'est passé le concert ? 

    Jouer à Bordeaux, c'est toujours une super expérience, c'est une des villes qui nous accueillent le mieux. On se souvient du Garorock, notamment, et ce concert à la salle du Grand Parc était également exceptionnel. Vraiment, on a que des bons souvenirs à Bordeaux, le public bordelais est vraiment au top.

     

     

     

    Image associée

     

     

     

     

    ____________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     

     


    votre commentaire