• Split : l'Adriatique à deux heures de Bordeaux

     

    A 2h10 en avion de Bordeaux se trouve un petit paradis sur terre : Split, deuxième ville croate par son nombre d'habitants.

     

     

    Split : l'Adriatique à deux heures de Bordeaux

     

     

    La ville est à taille humaine, et on peut en faire le tour en quelques jours. Le centre-ville, classé patrimoine mondial de l'Unesco, est d'une beauté à couper le souffle : chaque pierre est chargée d'histoire, chaque ruelle reflète la mixité culturelle dans laquelle a baigné la ville depuis des siècles.

     

     

    L’image contient peut-être : ciel et plein air

     

     

    En effet, Split a d'abord été sous domination romaine, ce qui explique la présence du sompteux Palais Dioclétien, érigé par l'empereur du même nom entre 294 et 305. Le palais est extrêmement bien conservé, car les habitants ont continué à occuper les lieux : dans les anciens appartements impériaux se trouvent par exemple aujourd'hui les chambres de l'hôtel Luxor, et on peut déjeuner de très bonnes pasta aux côtés des colonnades du péristyle. Dans les souterrains du palais se trouvent de nombreuses échoppes proposant souvenirs et spécialités de la côte dalmate. Vous observerez également les sphynx noirs ramenés d'Egypte, toisant les foules depuis plusieurs siècles.

     

     

    L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air

     

     

    L’image contient peut-être : plein air

     

     

    L’image contient peut-être : plein air

     

     

    Les monuments historiques, tels que la crypte, la cathédrale, sa tour et le temple de Jupiter (transformé en baptistère au Moyen-Âge) ont bien entendu été préservés, et il est possible de les visiter en payant 45 kunas (à peu près 5€). 

     

     

    L’image contient peut-être : personnes debout, nuit, ciel et plein air

     

     

    La ville et le palais se confondent pour mieux perdre le visiteur dans les méandres splitois. Après avoir visité le palais, la promenade se prolonge sur le port, où de nombreux bars et marchands se chargent de l'animation. 

     

     

    L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air, eau et nature

     

     

    La nourriture que l'on y mange ressemble beaucoup à la gastronomie italienne - peut-être cela s'explique-t-il par l'emprise qu'eu la République de Venise sur la ville de 1420 à 1797 ? Toujours est-il qu'on peut déguster un peu partout, et à peu de frais, des pasta, des risottos, des pizzas et des gelatti délicieux. On peut aussi goûter la cevapi, spécialité croate à base de viande de porc. Les fruits de mers sont bien entendus très présents, mais plus chers que les autres mets. Si vous voulez changer des habituels Coca Cola et autres Fanta, vous pouvez goûter le Pipi, boisson croate pétillante à l'orange qui permet en plus de mettre des légendes rigolotes sous ses photos Instagram (telles que : "aujourd'hui, j'ai bu du Pipi !").

     

     

    L’image contient peut-être : nuage, ciel, table, plein air et nourriture

     

     

    A savoir qu'après la domination de Venise sur Split, la ville sera également sous domination napoléonienne (de 1805  à 1813), puis autrichienne (de 1867 à 1919). La Dalmatie sera aussi, pendant un temps, yougoslave - jusqu'en 1995, date de la fin de la guerre opposant la République de Croatie à l'Armée Populaire Yougoslave qui a fait plus de 40 000 morts et 500 000 réfugiés.

     

    Plusieurs plages sont accessibles à pied depuis le centre-ville de Split. La plus connue est la plage municipale de Bacvice : nombreux bars, restaurants, transats, aquaparks et attractions touristiques (paddle, pédalo, jetski, massages...). C'est une plage de sable, ce qui est rare sur la côte dalmate, mais elle est très vite bondée. On vous conseille de continuer sur la côte quelques dizaines de mètres, et vous arriverez rapidement à la plage de Firule, bien plus calme. 

     

     

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, océan, ciel, plein air, eau et nature

     

     

    Si vous désirez vous excentrez davantage, vous pouvez aller aux plages de Jezinac, Kasjuni ou Bene. Pour cela il faut se diriger vers la colline Marjan, à l'ouest de Split ; pour aller à la plage de Bene, comptez une heure depuis le centre-ville, tandis que pour vous rendre à la plage de Jezinac prévoyez à peu près 20 minutes. L'eau transparente vaut tous les maux de pieds du monde.

     

     

    L’image contient peut-être : plante, plein air, eau et nature

     

     

    L’image contient peut-être : océan, ciel, nuage, eau, plein air et nature

     

     

    L’image contient peut-être : océan, ciel, crépuscule, plein air, eau et nature

     

     

    Dans les environs se trouve la galerie Mestrovic, du nom du sculpteur décrit par Rodin comme "son meilleur élève". Le sculpteur, avant de mourir, avait fait construire une demeure à l'effigie de son talent - ou de sa mégalomanie -, toute en colonnes et en pièces hauts de plafond. C'est aujourd'hui un musée qu'on peut visiter pour à peu près 40 kunas. Les oeuvres de Mestrovic sont tantôt torturées ou pleines de volupté, et ne laisseront aucun amateur d'art indifférent.

     

     

    Aucun texte alternatif disponible.

     

     

    L’image contient peut-être : arbre, plante, chaussures et plein air

     

     

    L’image contient peut-être : plante, arbre, ciel et plein air

     

     

    N'hésitez pas à vous promenez sur la colline Marjan, qui vous offrira bon nombre de panoramas à tomber par terre. Split est une ville généreuse : elle offre à la fois la grandeur des oeuvres humaines et la beauté de sa nature. Le ciel, les montagnes et la mer se mélangent et se reflètent, et la végétation verdoyante s'y mêle.

     

     

    L’image contient peut-être : ciel, arbre, plante, montagne, plein air, nature et eau

     

     

    Dans les environs de Split, il est indispensable de se rendre à Trogir, ville médiévale également classée Patrimoine Mondial de l'Unesco, située sur une île d'un kilomètre carré (une demi-journée suffit donc pour la visiter). L'histoire est, là encore, présente à tous les coins de rues, de manière parfois tellement anodine qu'on dirait qu'elle a été oubliée là. La façade de la cathédrale, avec ses centaines d'animaux et apôtres sculptés, est impressionnante. La ville a un charme bien à elle, avoir son fort, ses statues, ses petits canaux et ses ruelles montantes. Vous pouvez rejoindre Trogir en une heure avec les ferrys de Bura Line, depuis le port de Split - comptez à peu près 66 kunas par personne pour l'aller-retour, soit moins de 10€. 

     

     

    L’image contient peut-être : intérieur et plein air

     

     

    L’image contient peut-être : personnes debout, ciel, nuage et plein air

     

     

    L’image contient peut-être : plante et plein air

     

     

    A une heure de Split en ferry également, se trouve le port de Supetar, situé sur l'Île de Brac. On s'y rend cette fois avec la compagnie Jadrolinija, sur des bâteaux de tailles bien plus conséquentes. Le voyage en bateau serait presque une activité à lui tout seul : les paysages sont, comme toujours, splendides, et les mouettes suivent le ferry en effectuant un ballet aérien plein de légèreté. Ne manquez pas le cimetière juif et son célèbre mausolée Petrovicz, près de la plage de Supetar.

     

     

    L’image contient peut-être : nuage, ciel, montagne, plein air, nature et eau

     

     

    L’image contient peut-être : plante, arbre, ciel, fleur, plein air et nature

     

     

    Si vous désirez continuer à explorer les environs, vous pouvez aussi visiter le Parc National, à une heure et demi de Split en bus - on y trouve cascades, faune aquatique et végétaux rares. Sur le port, de nombreux stands proposent des excursions pour Blue Lagoon ou Blue Cave : attention, les prix proposés sont souvent bien plus onéreux que si vous choisissez d'organiser l'excursion par vos propres moyens.

     

     

    L’image contient peut-être : ciel, nuage, océan, montagne, plein air, nature et eau 

     

    Split est donc une ville pleine de richesses et de charmes, et la côte dalmate regorge de merveilles. Néanmoins, du fait de l'afflux massif de touristes ces dernières années, la ville s'est dotée d'un côté Ibiza qui pourra déplaire à certains et plaire à d'autres. Nombreux casinos et night-clubs, pas toujours de très bons goûts. Au complexe de nuit situé sur la plage de Bacvice, par exemple, l'une des boîtes à un son très mal réglé, tandis qu'en entrant dans une autre, la première chose que l'on voit est une femme nue dansant lascivement dans une cage en verre. Plusieurs organismes proposent également des soirées "tout-compris", où pour 20€ ils vous emmènent - vous et une centaine de jeunes en état d'ébriété - dans trois bars et deux nights clubs avec shooters et cocktails offerts. Leur slogan ? "The best night you will never remember" - la meilleure nuit donc vous ne vous souviendrez jamais. On aime ou on n'aime pas.

     

     

    L’image contient peut-être : nuage, ciel, océan, montagne, plein air, nature et eau

     

     

    Enfin, ne soyez pas surpris si, durant votre séjour à Split, vous voyez plusieurs personnes, des croates souvent âgés, fouiller dans les poubelles et ramasser des bouteilles en plastiques. Il s'y est développé la même économie informelle qu'en Allemagne, fort bien expliquée dans cet article du Monde : en ramenant des déchets recyclables dans des zones dédiées, les "ramasseurs" reçoivent une modeste contribution (à peu près 25 centimes d'euros par bouteille vide). Il faut savoir qu'en Croatie, le salaire mensuel minimum est de 433,35€ par mois, et le salaire mensuel moyen de 600€. Le tourisme représente 25% du PIB croate ; le pays, qui ne compte que 4.6 millions d'habitants, accueille à peu près 12 millions de touristes par an.

     

     

    L’image contient peut-être : ciel, océan, crépuscule, plein air, eau et nature

     

     

     

     

    ___________________

    Pour plus de photos, d'infos et de jeux concours, suivez Next sur Facebook et Instagram !

     

     

     

     

     

    « Les rubriques culturelles de Next sur Radio C.H.U !Bordeaux Open Air 2017 : la musique électronique dans nos jardins »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Juillet 2017 à 22:10

    Ton article est géniallllll !!! 

    Le texte est simple et agréable à lire

    Les photos me rendent jaloux

    L'ensemble est hyper homogène

    T'es trop forte !! 

    Bravo !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :