• Wati Watia Zorey Band : La Réunion à Bordeaux

     

    Nous avons rencontré Marjolaine Karlin, membre du groupe de musique réunionnaise Wati Watia Zorey Band lié au groupe Moriarty, qui se produisait samedi à l'Espace Culturel de Créon. Un souffle chaud sur notre ville frigorifiée !

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "wati watia zorey band"

     

     

     

    Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter ?


    Bonjour, je m'appelle Marjolaine Karlin, cofondatrice du groupe Wati Watia Zorey Band. Ce groupe est à géométrie variable. A l'origine le groupe s'apppelait L'Amicale Maloya Zorey, il y avait cette idée de convivialité, de se retrouver entre musiciens et d'essayer de jouer de la musique réunionnaise alors qu'on n'était pas du tout réunionnais. D'année en année le projet s'est étoffé, ça fait maintenant 8 ans qu'on l'a créé et aujourd'hui on est en tournée.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "marjolaine karlin"

     

     

     


    D'où vous est venue l'envie de faire de la musique réunionnaise ?


    Un jour on m'a fait écouter de la musique réunionnaise, et ça a été une énorme claque. J'ai entendu un appel dans cette musique, comme si tout à coup je voyais une source d'inspiration beaucoup plus riche musicalement. ça correspondait à un besoin, par rapport à mes envies harmoniques, mon goût de la poésie, j'ai été à la fois comblée et sidérée. ça a été la même chose pour la plupart des musiciens du groupe.

     

     

     

     

     

     

    Parlez-nous de votre projet actuel...


    Ce sont en fait des reprises d'Alain Peters, on s'est inspiré du séga réunionnais, on a puisé dans le répertoire traditionnel et du XXe siècle mais aussi dans la musique française moderne. On a vu qu'il y avait des ponts à faire.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "alain peters"

     

     


    Vous rendez hommage à Alain Péters, pouvez-vous nous parler de ce chanteur réunionnais ?


    C'est un chanteur des années 70. A la base c'est un bassiste qui ne chantait pas, il était surtout intéressé par la vague psychédélique, avec les Beatles, Led Zeppelin. Il a ensuite fait des boeufs avec des musiciens de l'île, puis il a accompli un virage où il s'est autorisé à écrire en créole. Il est aussi allé vers un versan plus mystique de La Réunion, avec le maloya notamment. Une rencontre lui a ensuite amené une takamba, la guitare traditionnelle réunionnaise, et il a quitté les rivages trop fréquentés des musiques pop anglo-saxonnes pour chercher ses propres racines.


    Que signifient les paroles de la chanson Rest’a maloya ?


    C'est un état des lieux, une confession dans laquelle Alain Peters s'adresse à sa mère, dit qu'il sait qu'il n'a pas toujours été un bon fils, un bon mari. Il se met à genoux, parle à dieu. Il s'adresse au maloya avec une extrême sincérité ; il s'en remet à la musique, à sa foi dans le maloya. C'est une musique emblématique de l'île de la réunion, ça parle aussi de l'ambiance qu'il y avait quand il y vivait.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "alain peters rest la maloya"

    Quels sont vos projets futurs ?


    Notre public est surtout français, mais on veut découvrir le public réunionnais et la tournée sur l'île est en projet. On laisse venir les choses la plupart du temps, on va essayer d'allonger un peu la tournée. Parallèlement, j'ai deux autres projets : il y a un cirque dont j'ai fait la musique, les Princesses, qui seront à Bègles du 15 au 17 décembre. Je sors aussi un album, Ta too too ta, j'aime bien ce titre parce qu'en le prononçant les gens font déjà du maloya.

     

     

     

    _________________

    Pour plus d'infos, de photos et de jeux concours, suivez Next-Bordeaux sur Facebook et Instagram !

     

     

     

    « Un mastodonte musical à la Rock School : rencontre avec ElephanzQuand Lomepal remue le Rocher de Palmer : un grand du rap à Bordeaux »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :